LES ANTICOAGULANTS

Pourquoi des anticoagulants ?

Les chirurgies des membres inférieurs (prothèse du genou, prothèse de la hanche, réparation ligamentaire du genou …) sont à risque postopératoire de caillots dans les veines (thrombose, phlébite, embolie pulmonaire).  Afin de les éviter, des anticoagulants (médicaments fluidifiants le sang) sont systématiquement prescrits pour une durée définie en fonction du geste chirurgical.  Leur prescription repose sur des recommandations françaises et internationales remises à jour tous les 5 à 10 ans par nos sociétés savantes (HAS 2019). 

Ces médicaments fluidifiant sont à risque de saignement postopératoire (hématome). Après ces chirurgies, le risque de thrombose étant supérieur au risque de saignement, la prise de ces médicament est indispensable. Le choix d’un traitement médical repose toujours sur un équilibre entre 2 risques afin de les minimiser.  

Afin de réduire ce risque de saignement, la prise du traitement anticoagulant 6 heures après la chirurgie est recommandé. 

La chirurgie du membre supérieur ne nécessite pas de prise d’anticoagulants en postopératoire car son risque de thrombose est extrêmement faible et que dans ce cas le risque de saignement lié à ces traitements excède le bénéfice attendu

Différents types d'anticoagulants ?

1. Les injections d’héparine (Lovenox® injectable 0,4 mL/jour en sous-cutané)

Elles sont réalisées, en sous-cutané, par une infirmière qui vient à votre domicile quotidiennement. Ce traitement nécessite une surveillance hebdomadaire du nombre des plaquettes sanguines. Les héparines peuvent en effet engendrer une chute du nombre de plaquettes  par un mécanisme allergique. C’est la raison pour laquelle nous réalisons systématiquement en préopératoire un contrôle de votre nombre de plaquette qui servira de référence. Une chute de plus de 40%  du chiffre des plaquettes nécessite de reprendre contact avec votre anesthésiste afin de modifier le traitement et d’identifier la survenue potentielle de complications . 

 

 

 

 

 

 

 

 

2. Les anticoagulants en prise orale (Xarelto®, Eliquis®)

Ils sont de même efficacité que les injections d’héparine.  

Ils sont à prendre par voie orale quotidiennement.

Leur avantage réside dans l’absence de surveillance biologique car ils ne présentent aucune manifestation allergique sur les plaquettes.

 

3. L’aspirine (Aspirine Protect®)

Récemment, l’aspirine a été proposée comme traitement préventif des phlébites et embolies pulmonaires après prothèses de la hanche ou du genou. La prescription de ce traitement doit respecter certains critères, il ne peut être prescrit à tous les patients. 

  • Absence de risques personnels d’accidents thromboemboliques

      et/ou antécédents de phlébite ou d’embolie pulmonaire. 

  • Reprise très précoce de la marche en postopératoire (dans les 24 heures) 

Tout comme les anticoagulants oraux, il ne nécessite aucune surveillance spécifique. 

 

Règles à suivre en cas de traitement anticoagulant postopératoire

 

Quelque soit l’anticoagulant prescrit, vous devez suivre scrupuleusement certaines règles :                    

  1. Débuter le traitement au moins 6 heures après la chirurgie                                                                       

  2. Prendre les anticoagulants chaque jour à heure fixe                                                                               

  3. Un oubli de dose ne doit jamais conduire à une double prise lors de la prise suivante.

  4. Poursuivre le traitement  durant toute la durée de prescription. Ne jamais interrompre le traitement sans avis médical

  5. En cas d’héparine, surveiller le nombre de plaquettes toutes les semaines pendant la durée du traitement 

  6. En cas de rougeur ou de douleur dans le mollet, contactez le service d'anesthésie

Pourquoi ne m'a t'on pas prescrits de bas de contention  ?

 

Après de nombreuses années à imposer des bas de contention en post opératoire de chirurgie orthopédique, de nombreuses évaluations récentes ne mettent pas en évidence de bénéfice au port des bas. Nous avons donc décidé de ne plus prescrire de bas à visée préventive dans la maladie thromboembolique.  Des bas peuvent encore vous être prescrit par votre chirurgien à visée antalgique afin d’avoir un effet compressif sur le membre opéré. 

 

Je veux en savoir plus ?

 

Pour les plus curieux, vous pouvez retrouver le protocole médical établi par les anesthésistes et chirurgiens DROUOT SPORT et ARTHROSE  ICI 

Capture d’écran 2020-02-11 à 23.05.44.pn
Capture d’écran 2020-02-11 à 23.06.00.pn
Capture d’écran 2020-02-11 à 23.06.14.pn